La mouette.

28/8/2008

                                                                                                                                                             
Il y a quelques années déjà, un bel après-midi de novembre, je me promenais le long de la grande plage de La Ciotat. Mon regard fut attiré par l'étrange comportement, à environ 50 m du bord, d'une mouette que les provençaux appellent un "gabian". De toute évidence elle cherchait à prendre, en vain, son envol, quelque chose entravé une de ses pattes.



Je me suis assis pour mieux l'observer et je compris rapidement qu'elle commençait à être à bout de force et qu'elle ne s'en sortirait pas toute seule. Sans hésiter une seconde je me suis déshabillé, ne gardant que mon caleçon à grandes fleurs. En marchant, j'eus de l'eau jusqu'à la taille, quand je fus près d'elle, je l'ai prise dans mes bras tout en lui bloquant son grand bec qu'elle utilisa pour se défendre du danger qu'à ses yeux je représentais. Un sachet en plastique était entortillé autour d'une de ses pattes; étant plein d'eau il empêchait son envol. Délicatement, je retirai ce piège infernal et avant de la lancer vers le ciel je déposais un baiser sur sa tête en lui disant "va, tu es libre, je t'aime".
Elle s'élançât dans les air en poussant de grands cris que je traduisis par de la joie et un remerciement.
J'étais hors du temps et je suivis longuement des yeux ce vol libérateur. Quand je me suis retourné, je fus surpris de voir un attroupement, de personnes qui m'applaudirent vivement.

Ce jour là, mon bonheur fut immense et je le retrouve un peu en vous racontant ce sauvetage inattendu.

Ce jour, 21 07 2010, je viens de terminé un livre, conseillé par mon fils, de Romain Gary : "La promesse de l'aube." Voici un extrait qui reflète bien ce que j'ai ressenti en secourant cette mouette.

"J’ai même rendu de grands services à l’humanité.

Une fois, par exemple, à Los Angeles, où j’étais alors Consul Général de France, ce qui impose évidemment certaines obligations, en entrant un matin dans le salon, j ‘ai trouvé un oiseau-mouche qui était venu là en toute confiance, sachant que c’était ma maison, mais qu’un coup de vent, en fermant la porte, avait emprisonné entre les murs pendant toute la nuit. Il était assis sur un coussin, minuscule et frappé d’incompréhension, peut-être désespéré et perdant courage, et il était en train de pleurer d’une des voix les plus tristes qu’il me fut jamais donné d’entendre, car on n’entend jamais sa propre voix. J’ai ouvert la fenêtre et il s’est envolé et j’ai rarement été plus heureux qu’à ce moment là et j’ai l’intime conviction de ne pas avoir vécu en vain".


Francis

Category : Mes réflexions et expériences spirituelles. | Write a comment | Print

Comments

 astral, le 18-05-2010 à 10:46:33 :

Réponse à Sabrina.

Un grand moment de bonheur accordé par le destin...un clin d'œil du ciel.

Merci pour ton témoignage.

Bise, Francis. 

Sabrina1979Bretagne, le 18-05-2010 à 10:29:23 :

hirondelle

L’autre jour une hirondelle  est entrée dans la maison et s’est cognée dans une vitre. Je me suis précipité avant que le chat ne l’attrape je l’ai prise dans mes mains je suis allée dehors quand j’ai ouvert les mains elle ne s’est pas envolée, elle est restée accroché à mes doigts et est resté me regarder un petit moment je lui demandais « ça va ? » en lui caressant la tète. Elle s’est envolée quand mon chien s’est montré.

Unpeudelune, le 06-04-2010 à 18:03:38 :

Liberté

Un moment de magie partagé.
Merci

Ju...lie, le 24-08-2009 à 17:33:24 :

:D

Merci! Si seulement les médias pouvaient nous balancer ce genre d'infos entre deux malheurs...comme le monde serait soulagé!

 

Bonne nuit.

petite elfe, le 24-05-2009 à 16:05:16 :

la mouette

Merci de m'avoir dirigée vers ce texte, comme tu l'as deviné, il m'a beaucoup émue et aussi ton caleçon à grandes fleurs

| Contact author |