L'écriture automatique par téléphone (1).

15/7/2008

                                                                                                                                                              
En 2006, je proposais, dans la rubrique "Expériences métaphysiques" d'un forum de recherche sur les projections de conscience et d'expériences énergétiques, de tenter un déclenchement d'écriture automatique par téléphone...

J'ai répondu positivement à trois candidats à cette expérience peu commune. Les trois essais furent positif et j'ai sélectionné, pour mon blog, celui réalisé avec Delhfe.

Voici mon post de départ suivi par les deux de mon adorable "cobaye" qui est devenue une Amie très chère.

Le 13 décembre 2006.

J'ai souvent, depuis 15 ans, utilisé l'écriture automatique,surtout dans l'aide à mon prochain.

Je n'écris pas moi-même, j'ai essayé en vain, je n'y arrive pas, par contre j'ai assez de facilité à la déclencher aux autres.

Il me semble avoir vu quelque part une sous rubrique rencontre, mais je ne la trouve plus. Si l'un (ou plutôt l'une d'entre vous) est tenté par cette expérience intéressante, je suis disponible.

J'ai précisé "plutôt l'une", car j'ai constaté que cette possibilité était beaucoup plus facile aux femmes. Cela a peut être un rapport avec le fait qu'elles sont sensées fonctionner beaucoup plus sur le lobe droit du cerveau, qui est la partie abstraite de l'individu et nous sur le lobe gauche, celui du concret. Connaissant l'humour de certains, je rappelle que j'ai 60 ans, que je suis marié et qu'il n'y a pas là un piège d'obsédé sexuel. Surtout que cet essai entre membres vous sera relaté ensuite.

Je précise aussi, que toutes mes "interventions" de ces 15 dernières années, ont été et seront toujours bénévoles. Ce n'est donc pas dans un but commercial que je fais cette proposition. Je trouve intéressant, pour le forum, de passer de la théorie à la pratique.

J'habite dans la région d'Aubagne, à 30 kms de Marseille.

Francis

PS : J'espère ne pas déclencher, par cette proposition, un déferlement de posts critiques. Ma démarche est simplement sincère, surtout queje ne peux garantir un résultat. Ce sera pour moi l'occasion de rencontrer un autre membre de ce forum de chercheurs.


Le 16 décembre 2006.

Coucou, nous avons partagé cette expérience avec Francis vendredi après midi et j'ai d’ailleurs hâte de la partager avec vous tous... seulement il va me falloir un certain temps pour remettre tout sur le PC donc je ne vous posterai ça que mardi.

Si je souhaite le raconter sur le forum c'est que je sais que beaucoup ici me connaissent et ont assez confiance en mon jugement pour savoir que je ne suis pas là pour raconter une jolie histoire, rire et ça a été un moment tellement magique et intense que je voulais en rendre compte,uniquement pour la beauté de l'expérience...

Tout ce que je peux dire, c'est que le doute n'est plus permis, la communication est bien réelle et complice même. Encore plus pour moi qui ai eu la chance de pouvoir aider ma tante disparue. Je sais bien qu'on est incroyablement limité par les mots mais j'essaierai de décrire au mieux tout ce qui s'est passé en espérant que l'émotion sera partagée. Voilà !

J'ai littéralement décollée du sol. Je remercie Francis (même s'il s'en offusque) et qui de droit de m'avoir permis de connaître un tel moment. C'est comme une porte qui s'est ouverte, un évènement qui s'inscrit naturellement pourtant. Bon, je repars digérer tout ça, rire. A mardi.

Delhfe.


Je dois dire que durant toute la matinée, c’était dans un état bien particulier qu’il m’est arrivé de ressentir déjà par 2 fois et qui sont à chaque fois annonciateurs d’une expérience à venir (comme ma 1ère projection en toute conscience) Je me sentais comme dans du coton, décalée dans mon corps, comme dans un rêve, vibrante d’énergie et tremblante avec bouffées de chaleur…

Avant de commencer, nous avons convenu que je ne parlerai pas directement à l’âme égarée, je ne serai que le canal et seul Francis qui en a l’habitude pourrait s’adresser à elle… Je suis donc restée le plus calme possible et le plus important, restée comme une page blanche et mettre de côté ses propres émotions et réaction. Rester en ouverture totale, faire don de soi en quelque sorte…

Je vais donc raconter tout ce qui a pu se passer, étape par étape, pour que vous saisissiez bien le fil conducteur et en quelque sorte la «méthode » qui n’est pas plus difficile que la simplicité et le cœur.L’essentiel étant de resté ouvert et disponible, sincère et humble.

Francis invite une âme égarée en demande à nous contacter si elle se sent prisonnière du plan physique et qui aurait besoin de s’élever. Il lui propose notre aide en disant que nous ne faisons ça, ni pour briller, ni pour des sensations fortes mais uniquement pour l’aider et que nous resterons tant qu’elle n’aura pas réussi à se libérer. Une entité répond favorablement par des secousses très légères dans ma main. Comme nous procédons par téléphone, je dois tenir Francis au courant des réactions. Durant tout le temps l’ambiance est restée très détendue, nous plaisantions même à trois, rire. Parfois c’était nerveux, certes… Donc le crayon bouge un peu, légers gribouillis. J’essaie de tenir le stylo le moins possible, qu’il repose simplement entre mes doigts. Je suis déjà interloquée qu’il y ait eu cette réaction mais je n’analyse pas, je continue sur la même note.

Francis l’encourage (rire) et l’âme répond favorablement. Il lui dit « allez, si tu veux communiquer, concentre toi et tire un trait de gauche à droite »… ce fut chose faite. Mouai ! Je commence à ressentir cette présence intérieurement. Francis pressent que c’est peut être une femme et se reprend à chaque fois. Il va même se tromper de nom en me parlant et va prononcer un prénom particulier, mais je ne l’ai pas entendu à ce moment là. C’est un prénom féminin.

L’entité est très émue, je la ressens dans mon corps. Elle y prend goût et trace des traits, des montagnes, des ronds dans tous les sens. Mon corps est pris de spasmes très forts (je décolle vraiment du sol !!! mdr). Je la sens émue et toute surexcitée. Francis lui propose de communiquer par écrit en commençant par des oui/non. Donc en réponse à plusieurs questions, NON elle ne savait pas qu’elle pouvait communiquer avec nous par ce biais … NON elle n’est pas très heureuse où elle est. Ce sont les premiers mots écris. Francis lui dit que comme moi elle débute et que nous devons apprendre en même temps. Donc on y va progressivement. Les OUI sont tout à fait lisibles à mon grand étonnement.

Les vibrations de l’entité sont ressentis tellement fort dans mon corps que je suis prise de spasmes de plus en plus fort, je sais que je ressens ses émotions car moi, je reste mentalement imperturbable et calme, malgré le fait que je suis soulevée du tapis, c’est très fort. Je suis en transe,beaucoup d’émotions, beaucoup de larmes coulent mais c’est du bonheur. Je découvre.

Ce qui est drôle, c’est qu’il y a vraiment des réponses aux demandes de Francis. Elle arrive à se calmer à sa demande et à se canaliser pour pouvoir écrire. Il lui demande d’écrire son prénom. Ce qu’elle fait mais avec trop d’excitation et d’émotion, c’est un peu tortueux et difficile à lire. Chaque fois que je tiens le crayon, j’ai les yeux fermés et je découvre aussi, je suis en attente de chaque lettre. Je décolle encore du sol, elle veut vraiment communiquer. J’essaie de déchiffrer et je crois lire Daniel (car il y a 2 gribouillis ronds) c’est le nom de mon père. A peine Francis lui demande de mieux se concentrer pour écrire, à peine ai-je le temps de réaliser qu’il s’agit peut être du nom de ma tante Muriel (qui s’écrit bien ainsi) … que l’âme écrit d’elle-même, de la façon la plus lisible qui soit le prénom Muriel !!! C’est bien ma tante. Écriture enfantine mais tout a fait claire. Émotions, tremblements, larmes, joie… Ca y est, on a enfin la réponse, tous les 3 nous savons et arrive le moment des retrouvailles intenses. Je la sens comme une enfant heureuse et soulagée. Comblée de cette incroyable rencontre. Bingo,Francis a lui-même les larmes aux yeux, c’est le prénom Muriel qu’il avait prononcé par lapsus tout à l’heure, alors que je ne l’avais pas entendu.

Il lui demande d’écrire si elle a un message pour moi et ça repart. J’ai les mots dans la tête une fraction de seconde avant qu’elle écrive. Toujours les yeux fermés instinctivement. « Je t’aime. Je suis fière de toi » C’est la folie, la joie. Ce n’est donc pas une légende, rire, il faut bien prévoir le verre d’eau et les kleenex, rire. Elle s’emballe et le stylo fait des va et vient super nerveux dans tous les sens, c’est incroyable. Je la sens heureuse et excitée, mon corps est secoué dans tous les sens, c’est la débandade, rire.

Puis ça se calme. Francis demande si elle a des difficultés à écrire comme c’est nouveau et si elle préfère essayer un nouveau moyen de communication. A ce moment là, ma tête bascule frénétiquement vers l’arrière de plus en plus vite. Et moi je le perçois comme un OUI. Nous tentons de communiquer par la voix… je sens que ça veut sortir mais ça coince. C’est comme une boule dans la gorge, je suis sur le point d’accoucher de quelque chose mais trop de pression, puis je n’y connais rien, donc ça ne sort pas, rire. Apparemment on saute les stades habituels de communication pour une débutante…( ?) On laisse donc le stylo de côté. J’essaie de restée vraiment comme une page blanche et de m’éloigner de moi pour lui être entièrement disponible, je suis le courant.

Francis lui redemande si elle est bien heureuse là où elle est et cette fois elle réponde oui. Toujours des balancements de la nuque vers l’arrière mais je sens que ça s’emballe. (Il me dira par la suite qu’il a eu l’intuition qu’elle mentait pour ne pas me blesser ou m’inquiéter). Elle avait dit NON la première fois d’ailleurs par écrit. Elle dit être dans la lumière et être heureuse (tout ça toujours avec mouvements de tête et corps toujours secoué dans tous les sens). Je suis balancée d’avant en arrière, parfois ma tête fait des rotations.

On continue donc par la pensée vu que par la voix ça ne marche pas. Et puis j’avais reçu ses quelques mots par la pensée pendant qu’elle les avant écrit, alors on tente ainsi… Je trouve mes marques peu à peu en m’ouvrant comme une page vierge et en la laissant me donner ses mots. On commence simple avec des OUI/NON. NON, ma tête bascule vers l’avant, vers le sol avec sensation de lourdeur. OUI, ma tête part vers l’arrière avec légèreté et positivisme.

On passe aux mots par la pensée et stupeur, les mots et bouts de phrases viennent en s’imposant à moi et mon esprit, avec l’émotion ressentie, la sienne.

Elle réagit vraiment au demande, c’est interactif, rire. C’est un réel moyen de communiquer. Elle a finit par avouer qu’elle n’était pas montée à la lumière. L’intuition de Francis se confirme donc, elle ne voulait pas avouer que non pour ne pas me faire de peine. Je prononce avec une petite voix les mots qui me viennent intérieurement, à demi mot tellement je suis incroyablement surprise et prudente. Et pourtant les mots s’imposent à moi, je suis complètement à l’écoute. Voilà les mots que j’ai reçu : Je ne veux pas partir (de ce plan) J’ai peur de vous quitter. Je ne suis pas heureuse (proche de ce plan) J’en ai besoin (de m’élever).

Tout s’emballait. Tremblements, je sentais dans tout mon corps son émotion, ça partait en vrille, elle comprenait qu’on allait l’aider, qu’elle allait enfin s’élever et tout ça faisait beaucoup à assimiler. Mais ma tante était justement une grande personne, avec une grande âme et je n’aurai jamais imaginer qu’elle est pu rester ici pour sa famille. Et apparemment aussi pour moi puisqu’elle me suivait de près. D’ailleurs pendant presque toute la séance j’ai été secoué dans tous les sens …

Francis lui a dit qu’on était là pour l’aider à monter et qu’on ne la laisserai pas tomber avant qu’elle aie réussi. De se calmer à d’avoir confiance. Que si elle voulait me transmettre un autre message, qu’elle me le dise. Apparemment si elle est restée là depuis 5 ans, c’est aussi pour m’aider et veiller sur moi. Elle m’a dit : Je t’aime. Je ne te quitte pas. Tout ira bien. Et là, j’ai vu l’image d’un bébé, un petit garçon (j’ai toujours eu cette intuition) et mon ventre s’est activé incroyablement. J’étais en pleurs car ce qui se passait était géant. Elle a dit aussi : J’en ai besoin (de m’élever) Francis lui demande ce qu’elle ressent : soulagement, impatience. D’ailleurs je suis à nouveau secouée et je décolle bien du sol.

Autant je ne m’attendais à rien, merci la pression (Rire). Envisager déjà que le stylo puisse bouger, alors le reste … Pourtant ce sont bien ses mots, rien ne vient de moi, je l’aurai eu au téléphone, ça n’aurait fait aucune différence. J’ai simplement réussi à choper le truc super rapidement. Je l’écoute (la reçois) c’est le bonheur, je suis toujours secouée. Je sens quand elle a finit, elle veut y aller, mes sursauts confirment son impatience, rire.

Francis lui dit que c’est le moment. Il lui demande de m’emmener avec elle jusqu’à la lumière mais de ne pas m’emmener plus loin car ce n’est pas ma place. Il me dit à moi que ça va être démentiel et de m’ouvrir. Il dit à ma tante de fixer avec les yeux physiques qu’elle a eu un jour, un point lumineux dans le ciel. Tout à coup, j’ai l’image ! Je le vois aussi ce point de lumière. Je sens qu’elle panique. Je ressens toutes ses émotions tellement c’est puissant. J’en ris nerveusement. Francis dit : ça te semble inaccessible. Elle répond par des tremblements saccadés et paniqués. Comme un animal sauvage aux aboies. Il lui dit que tout va bien aller, de m’emmener avec elle et de me laisser là ensuite. Je vais voir et vivre tout ce qu’elle va vivre jusqu’au passage… On s’approche lentement du point lumineux. Francis demande ce qu’elle ressent : Chaleur, douceur, légèreté, lumière… Je vois que tout devient lumineux et rassurant. Francis lui demande ce qu’elle voit… nous voyons en fait. Il savait qu’un guide serait là pour l’accueillir. En effet jevois un homme devant cette lumière… J’arrive à peine à oser le décrire. Il est brun aux cheveux longs ondulés. Il porte une toge blanche. Il a les mains et les bras ouverts pour nous accueillir … On dirait une icône religieuse… Putain, je vois Jésus ! J’ose à peine le dire à voix haute car ça ne fait pas du tout parti de mes croyances. Je n’ai aucune religion et cette image me surprend, ça me semble « ridicule », je ne comprends pas. Je me sens ridicule. On arrive devant lui avec ma tante. Francis lui demande si elle a un dernier mot à me dire. Elle se tourne face à moi et là … je me vois, je suis elle et je vois mon image. C’est incroyable. Elle me dit : Veille sur la famille. Va les voir plus souvent. C’est le plus important la famille…. C’est tout à fait elle. Je pleure comme une folle, de bonheur, et puis je sens qu’elle a finit. Je la vois passer dans cette lumière et disparaître…

Je me retrouve face à cet « homme » et Francis lui demande en toute humilité s’il veut nous dire quelque chose, tout en sachant que son temps est précieux et compté. J’entends « nuit » et « étoile » Puis je sens qu’il veut aussi partir et il disparaît aussi à la suite de ma tante... Voilà, c’est finit. Elle est montée …

Bien évidemment cette image biblique était la représentation mentale de ma tante qui était croyante. Ca devient logique. Je me souviens qu’un an avant son décès, nous étions assise côte à côte à l’église à l’enterrement de mon père et elle m’avait demandé si je voyais le visage du Christ sur le mur blanc… C’était donc l’image de son paradis à elle. Je comprends mieux.

Je me suis peu à peu retrouvée et repris le contrôle de mon corps, séché mes larmes, repris mes esprits. Bien que je suis restée consciente tout au long de cette expérience. Ce qui vient de se passer est indescriptible, je ne peux que m’incliner. C’était un moment magique de pur Amour, bien au-delà de mes espérances. Je n’en avais même pas.

Les messages bien sur n’ont de sens que pour moi mais le partage en fut le plus beau cadeau. Je n’imaginais pas avoir les « capacités » de donner et de m’ouvrir à ce point. Je ne savais même pas que c’était possible. Si c’était réel même. Difficile donc devant l’intensité vécue de mettre de simples mots adéquats sur une expérience qui va bien au-delà. Je sais aussi qu’il est délicat de partager cela. Le doute et le scepticisme sont bien normaux. Si je le partage avec vous, c’est que beaucoup ici me connaissent assez pour savoir que je reste toujours honnête et objective (pour autant que j’en sois consciente, rire) voilà pourquoi je le fais, pour la beauté de ce moment si particulier.

Depuis, je me sens sereine et bien, calme. Je ne suis ni surexcitée, ni hallucinée, rire. Je suis juste bluffée et humble. Heureuse d’avoir pu aider. Heureuse d’avoir eu la chance de le vivre, tout simplement. C’était un moment indescriptible. J’ai quand même la sensation une porte s’est ouverte. Que c’était peu être mon chemin. Tout me semble si naturel. J’ai le cœur ouvert depuis et hier soir vers minuit, j’ai ressenti quelque chose que j’ai cru reconnaître. La forte sensation de recevoir une demande. Avec vibrations et légères secousses dans les jambes. J’ai simplement dit que si quelqu’un avait besoin de notre aide, qu’il attende que j’en parle et demande confirmation car je ne suis que novice et je ne veux rien faire à la légère… En réponse, j’avais de fortes pressions sur le cœur et la poitrine avec vibrations… donc… Mais cette fois, je sais comment me placer en retrait et reconnaître des émotions extérieures à moi. J’en parlerai donc avec Francis.
Voilà …

Delhfe.

Ce qui m'a le plus marqué dans cette expérience, c'est le fait d'avoir, en début de séance, appelé par erreur Delhfe (ce n'est pas son vrai prénom, mais son pseudo sur forum) Muriel, alors que je n'avais pas encore fait connaissance avec cette tante qui portait ce prénom bien différent de celui de mon nouveau "scribe".

Francis

Category : Témoignages de visiteurs et beaux textes. | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |