On dit que Dieu est Amour...

8/7/2010

                                                                                                                                                             
Une vague bizarre s’empare de mon esprit. Depuis peu de temps, tout s’accélère…
« J’ai toujours, bien sûr, été émoustillé par les belles personnes. Puis, au fond de moi, ce qui devait être un rapport au Sexe opposé se fit comprendre tout autrement…. »
En effet, pourquoi, alors que j’aime profondément ma femme je suis toujours ému par d’autres, toutes aussi différentes ? Comme si elles me rappelaient quelque chose de précis, de bouleversant… ??? »
Et bien voilà ! En somme j’en conclus avec clarté aujourd’hui que c’est un sentiment que jamais personne ne me lèvera, pas même la bienséance. Ce sentiment d’amour, que j’éprouve n’est pas dû seulement aux belles que je croise.
Il n’est pas réciproque, point équivoque, pourtant il vit fort dans mon corps et mon âme... ???

En fait ? je m’Aime !!! C’est moi qui vit mon propre instant d’Amour que ces belles créatures ont stimulé, en moi.
Non, Je ne m’aime pas de manière narcissique où l’on flatte son ego, non, mais plus grand que les limites de ma petite personnalité, celle du désir, du manque, ou de la peur… !
C’est Moi qui vient voir le moi, qui dit : « Nous deux sommes Amour et ce qui est capable de stimuler, maintenant, la Vérité de ta vie, n’est que la partie visible de ce qui peut le faire bien davantage. C'est-à-dire Tout ce qui est ! Ceci est ta Nature, ta seule et unique Vérité.
Seul l’ego te procure le voile qui empêche de voir la Réalité de ce que tu Es. Tu es Amour ! »
La clé est donc là !
L’éveil est la vision de l’Amour en toute chose. C’est le retour à cette « sensation » permanente que nous sommes liés et faits de cette glu, que nos illusions nous cachent encore ?!

Hourra !!! Mon cœur tressaille et ma route est claire !
Je suis revenu chez Moi. Plus rien ne m’empêche plus d’avancer. Le noir n’existe plus. Je n’ai plus peur ! La joie est toujours là.
L’ego t’a offert le doute, mais il t’a donné le choix de savoir à nouveau qui tu Es. Apprends à changer la donne. Tu es déjà éveillé. Tu le sais.
A présent que tu sais que tu dors, fais un rêve éveillé en attendant d’ouvrir les yeux de ton âme dans la joie de Tout ce Qui Est, et goûter à nouveau que tu es Dieu.

Alain.



Category : Témoignages de visiteurs et beaux textes. | Write a comment | Print

Comments

all-one, le 06-08-2010 à 18:52:10 :

à Eric

Bonjour Eric!

Voici un peu ma réponse à ton post.

D'abord, merci pour tes compliments, que je te retourne pour avoir pris un peu plus conscience de tes sentiments à ton propre égard.

 

Bon! Je vais essayer de te donner une image simple de ce que je crois sur notre "aventure humaine".

Je crois qu'en premier lieu l'être humain est un fragment divin.

Nous sommes, chacun, une Expérience Divine mais qui ne s'en rend pas compte...pour le moment. Nous évoluons vers ce que nous sommes au départ.

La problématique c'est que si , individuellement, nous étions tous conscients de notre Unité, il n'y aurait rien à vivre et à découvrir. Donc...pas cool.

Alors, fut mis en place, une sorte d'Amnésie. Cela donne la grande Illusion, le sentiment de séparation d'avec le Tout, les peurs de toutes sortes.

Voilà notre boulot actuel. Sortir de cette torpeur qui n'est autre qu'une illusion dans notre Réalité, notre Nature.

Maintenant, imagine  une immense pièce (sans limite) lumineuse remplie d'Amour. C'est Dieu (puisqu'il faut lui donner un nom...)

Pour faire l'expérience de Lui-Même, Il dut trouver le moyen de se reconnaître.

Alors Il prit le temps de mettre dans cet Espace une infinité de  boules opaques aux parois presque poreuses. Les parois de ces boules, remplies néanmoins de son seul et unique élément; l'Amour, sont constituées du libre-arbitre.

C'est ainsi que chacun de nous mais aussi toutes les autres expériences vivantes ou spirituelles se trouvent "coincées".

Tu es tout comme moi une âme qui est coincée.

Et dans la boule? C'est ce sentiment de séparation qui fait que tu expérimentes ton libre-arbitre. Tu es seul créateur de ton propre univers. Tu essayes encore et encore, vie après vie, jusqu'à ce que tu comprennes Qui Tu Es. Tu Es Un!

Peu à peu les parois de cette boule se dissolvent laissant passer la lumière du Jour. Tu t'en rends alors de plus en plus compte...

Ca y est! A présent tu sais qui tu es! Mais il faut oeuvrer pour Vivre Ce Que Tu Es!

Le dedans de ta boule est Amour, ne l'oublie pas, mais ces parois ont concentré ton attention vers le dehors, vers les limites de tes choix. Or, si tu te concentres vers l'intérieur, nul besoin d'extérieur. Le dedans est identique au Tout, à ce qui est extérieur. Ce chemin est le plus court car tu y est déjà...

Retrouve ce sentiment d'Amour! (pas cet amour cul-cul que les humains nous ont fait passer comme tel) Non, ce sentiment profond que la Vie c'est que du bonheur sinon c'est pas la Vie! Ce sentiment qui te dit qu'au fond de toi même tu es rentré à la maison après un long exil dans un pays hostile que tu t'es créé toi-même. Ce sentiment qui fait vibrer ton esprit, pas seulement ton cerveau!

Ainsi, au dedans de ta boule, à nouveau au contact de ton ultime expérience tu Te Vois, enfin! Dès lors, avec ta conscience retrouvée, il n'y a jamais eu de boule, de limite, de peurs, de tristesse, d'angoisses, de manque. Il y a cette immense pièce (sans limite) lumineuse remplie d'Amour...

 

Aujourd'hui, les peurs ne sont que des peurs.

 

Concernant, la mort, des fois quand je doute la  foi en la Vie sans Fin, je me dis qu'après tout, même si ce n'était pas vrai, autant le croire ainsi. Au moins je fais l'expérience de la joie plutôt que de la tristesse. (c'est très rare aujourd'hui).

 

L'égo c'est ton regard vers l'extérieur de la boule!

Seul tes richesses intérieures te feront connaître les richesses extérieures. Méthode Coué en plus large!!

Il faut de toute façon passer par des périodes de doute. Mais ce doute est le signe qu'il y a une limite à franchir, même si tu sais qu'il n'y en a pas. Il faut les vivre. A moins que tu ne les aies pas créée...

N'oublie pas ta Nature! S'aimer c'est se regarder dans la miroir de Dieu mais c'est aussi avoir Son Comportement.

Je suis un peu bavard.

Prends dans ces mots ce dont tu as besoin et mes voeux sincères qui les accompagnent pour que tu Te re-découvres!

 

Bien à toi!

 

 

 

de passage, le 31-07-2010 à 21:35:54 :

de passage sur une marche

Elles sont sympas et amusantes vos métaphores, Francis et Alain.

Je vais mettre mon idée aussi, pourquoi pas.

 

« « Il avait seulement changé son angle de vue, car il s'aperçoit que tout est, et a toujours été, plat. Il est. » »

 

Je ne sais pas, si elle va exactement dans le sens de votre métaphore ?

Mais, j’aime dire qu’il n’y de marche que pour celui qui veut monter.

On ne voit les marches que lorsqu’on souhaite monter.

C’est notre propre marche qu’on s’impose à monter.

 

D’ailleurs, certain évolue sans monter de marches, simplement en étant réceptif à leur propre évolution. Pour eux, le chemin est plat.

 

Ceux qui voient des marches, sont ceux qui deviennent (plus) réceptif à leur évolution, en voulant monter (encore) plus haut.

 

Enfin, voila. Bonne escale !

 astral, le 31-07-2010 à 13:12:36 :

L'escalier...suite.

En effet, en réalité les marches ont toutes la même taille, mais comme notre homme grandit à chaque montée (étape), il a l'impression qu'elles sont de plus en plus petites.

Le "dormeur" ne voit qu'un mur infranchissable.

Le "rêveur" découvre avec surprise que c'est un escalier.

Et "l'éveillé" entreprend sereinement son ascension.

Francis.


All-one, le 31-07-2010 à 12:41:31 :

Image?

La parabole de l'escalier me fait penser qu'au depart, lors des premiers obstacles de l'existence, la première marche est un mur gigantesque.

La seconde, de par le lâcher-prise inhérent à l'expérience précédente fait "grandir" l'esprit comme celui d'un corps que l'on avait nourri. Le mur paraît ainsi moins haut.

Mais au fond, quand ce "corps" expérimente et comprend que tous ses échecs ainsi que ces réussites lui font voir que les marches deviennent de plus en plus petites.

Jusqu'à ce qu'en fait, mur après mur, marches après marches, bordures après bordures, faux-plats après faux-plats, son esprit ayant grandi, il comprit qu'en somme il n'était ni grand ni petit. Il avait seulement changer son angle de vue.

Il observe avec bienveillance son passé, son présent et son avenir, car il s'aperçoit que tout est, et a toujours été, plat. Il est.

@mitiés. Alain.

Adorinu, le 30-07-2010 à 19:53:36 :

épatée.

Géniale Francis ! J'y étais, je grimpais les marches aussi !

Alain, j'adore de A à Z ton parcours ! Beaucoup d'humour, d'Amour, et surtout un récit d'expérience qui me rappelle mon parcours ...
Sauf que je suis quelques marches plus bas !


Fédydurke, ... Qui es tu ?

On m'a posé cette question et c'est une question que je me suis toujours posée moi même. Des fois, sans y répondre, des fois j'étais si, j'étais ça, et au final, j'ai voulu être "quelqu'un de précis". Dire "je suis comme ça" et m'y tenir.
Mais ... Tout change, rien est figé !

Je continue de me la poser !

Bien à toi !
Ad'

 astral, le 29-07-2010 à 19:08:47 :

Le mur et l'escalier.

Merci Alain !

Ton commentaire et le désespoir de "fedydurke" m'ont inspiré cette parabole.

Un homme rencontrait, dans sa vie, continuellement de douloureuses épreuves. Il ne voyait vraiment pas comment y faire face, comment arrêter cette malédiction. Elles se présentaient à lui comme un mur infranchissable, il était désespéré.....cet obstacle devenait pour lui le mur des lamentations....

Un jour il tapa si fort dans ce mur d'épreuves qu'il tomba à moitié groggy, il pleura longuement et relevant lentement la tête vers le haut, ce qu'il n'avait jamais réellement fait, il s'aperçut que ce mur était en réalité la première marche d'un escalier monumental....marche très haute....certainement infranchissable.

Retrouvant son courage, il réussit péniblement à franchir ce premier obstacle et surprise ! il découvrit alors que la seconde marche était moins haute que la première...il en fut de même pour toutes les suivantes.

Amis lecteurs, vous l'avez compris, cet homme n'était pas devant un mur, il était devant l'escalier de la vie, de sa vie, de ses vies.

Avec toi "fedydurke", Francis.

All-one, le 29-07-2010 à 18:26:33 :

Juste présent

 fedydurke,

 

Je viens de croiser vos remarques. Je vous envoie donc les miennes.

 

J'ai bien pris soin de lire votre appel à l'aide. je l'entend donc comme un cri permanent de votre vie. J'en suis profondemment sensible.

Je ne suis pas moi-même en possession de "pouvoir" quelconque mais en possession de mon propre pouvoir d'aimer.

 

J'ai dans un autre registre eu ma dose de souffrances. Des angoisses vives comme des coups de poignard. Des peurs attroces. Une timidité incroyable. J'en passe!

 

Mais un jour, j'en ai eu assez!

Non, ce n'est pas la fatalité! J'ai eu dans un premier temps besoin de réponse, il y a fort longtemps. Dans un simple livre, il y avait; "connaître sa vraie nature". TILT!

Cela voulait dire en mon esprit que ces souffrances que je vivais, vraiment, n'étaient pas Ma Nature. Cela voulait dire aussi que  je ne suis pas tel que je m'imagine. Pas cet homme insignifiant, timide, et angoissé!( ça! c'est une bonne nouvelle!)

 

Oui! Mais mes soucis sont encore là? Bien "réels"?

Certes! Mais à présent, ils sont moins "réels" et c'est un grand pas.

J'étais comme en possession donc de pouvoirs surpuissants sans le savoir! ^^

 

J'ai donc par ces purs hasards qui ne sont que les reflets de notre recherche intérieure (il suffit d'acheter une 2cv pour en voir partout...) commencé par la radiesthésie et son fameux  pendule...

Apprendre à avoir la confiance en soi, trouver les réponses de son propre coeur...

Apprendre à poser, construire la bonne question, afin d'obtenir les bonnes réponses.

Un vrai retour en Soi et retrouver la sensation de soi. La foi en soi, quoi!

Tels en ont été les résultats.

 

(N'oublions toujours pas que nos sommes en possession de pouvoirs surpuissants sans le savoir!)

 

Ensuite, il ne fallait pas finir en si bon chemin...

 

Livres après livres, recontres après rencontres, souffrances après soufrances, joies après joies, on distingue davantage notre devenir.

 

Néanmoins, les peurs ne sont là que pour les vivre, les confronter, les regarder en face, puis, sûr que ce ne sont QUE des peurs, les aimer pour les dissoudre (le white-spirit des peurs).

 

Je suis aujourd'hui encore à me "soigner" mais avec déjà cette certitude que le but est atteint d'avance. Je n'ai plus qu'à m'amuser à y arriver. J'ai tout mon temps!

 

A titre d'exemple, je suis aujourd'hui capable de dire à des personnes qui auraient en son temps fait crevé de trouille, timide que j'étais, que je les aime! Je me régale!

 

Personne ne m'a aidé. Enfin, si! Moi! 

 

Je ne dis pas pour autant que ce ne soit pas le cas pour vous. J'ai la certitude que votre chemin sera doré. Vous avez déjà la volonté d'en sortir...

Les évènements vont se présenter à vous et seule, je pense, votre capacité à vous relâcher permettrons à votre attention de cibler, voir, choisir intuitivement les expériences qui vous ferons aller plus loin dans ce qui deviendra un lointain souvenir, votre nouvelle identité, celle plus proche de la Vraie.

Peut-être aussi puissiez vous considérer que la route est comme un escalier où chaque marche est nécessaire pour accéder à  la suivante.

 

Vous êtes l'escalier. Vous êtes le départ et l'arrivée. Vous êtes ce pouvoir mais les souffrances sont le signe que vous l' aviez seulement oublié.

 

Prenez du plaisir à faire des choses qui vont vous raviver ce souvenir!

 

 

Voilà, je voulais témoigner de mon affection et vous envoie ces quelques mots!

 

 

Ah! Au fait, j'ai oublié de vous dire que je vous aime....

 

 

Alain.

 

 

 

 

 

fedydurke, le 02-08-2010 à 14:22:18 :

Mur

Merci Infiniment All-One,

Votre pseudo est déja un enseignement. Ce que vous avez écrit m'a fait beaucoup de bien. Etrangement et, pardonnez moi, je n'avais pas vu votre message avant aujourd'hui. Oui, je cherche a effacer la peur, plus precisement celle dont j'ai conscience car je crois qu'il y en a d'autres mais je pense qu'on peut les resumer par la peur de la mort. Il y a en moi une part de conscience, je n'ai pas les mots, qui regarde comme un observateur depourvu d'emotions et une autre qui subit l'adversité et le bon, qui le vit mal. Mais je ne veux pas parler de moi car je suis " en lutte " avec mon ego. J'essaie de le reduire. De l'oublier.

Une phrase m'a frappé. La peur est un manque de connaissances. Je n'arrete pas de retourner cette phrase dans ma tete. Elle fera son chemin. Je tente d'etre conscient de chaque seconde, c'est difficile. Je vous aime.

eric

fedydurke, le 29-07-2010 à 14:03:41 :

Les hommes sont heroiques mais ils ne le savent pas.

Bonjour,

J'ai fait de la meditation pendant a peu pres une dizaine d'annee. sans doute connaissez vous le Maitre Babuji et le maitre chariji que je n'ai pas connu. J'ai medite en groupe et fait quelque cleanings. Ca n'etait certainement pas suffisant. Je suis super sensible aussi j'ai ete blesse par votre refus que je comprends tres bien. Pour que vous compreniez bien ce que je tente de vous dire, rappelez vous le film de Dalton Trumbo " Johny got his gun ". L'homme blesse profondement par la guerre ne peut plus communiquer, il n'a plus de moyen de communication. C'est une infirmiere qui comprend que c'est encore un homme, contrairement aux medecins qui le croient insensible parce que trop abimé, et qui va frapper de petits coups sur son torse ( morse ) et etablir ainsi un dialogue. Quand j'essaie de mediter, l'angoisse est un barrage. J'ai peur de sortir pour une raison que je comprends pas comme si on me plantait un couteau dans le ventre. Je ne veux pas vous apitoyer. je considere, voyez comme je ne suis pas modeste, que c'est un exploit que je realise depuis 45 ans que de vivre. Toutes les ames ici bas sont extremement courageuses et quand elles passent, leurs amis les recoivent en les applaudissant, " bravo, ce que tu as fait est formidable ". Seulement voila, des fois, la douleur deborde de l'etre , alors on crie et on hurle. Vous avez raison dans ce que vous dites, il me faut chercher encore et comprendre, ne pas avoir peur d'aimer. Quand on appelle a l'aide, on ne le fait pas ( en tous cas pas moi) poliment. Aussi encore une fois, je m'excuse de vous avoir dit ce que je vous ai dit. C'est mon ego qui vous a parlé, pas mon coeur, encore moins ma part divine. Apres vous avoir ecrit, j'ai eu une crise d'angoisse terrible vers 3h du matin imaginant que vous etiez la dans ma chambre voulant vous venger du fait de vous avoir importune. heureusement, la raison m'est revenue. Si j'ai choisi cette vie, c'est que je ne suis pas egoiste parce que je montre aux autres ( car je sors quand meme de temps en temps, rires) une forme de difference qui peut les aider d'une certaine maniere a progresser. Jouer le role de l'impuissant, de celui qui a peur, du monsieur toujours tres poli et tres timide, provoque peut etre l'interrogation. Nous faisons tous pareils. Mais c'est long et la chaire et la chair sont parfois insupportables. D'ou mes excuses.

Bien a vous

fedydurke

| Contact author |